Les basses îles de Ré (Guilde Polytechnique) : Tout nu à la plage

Air : "Vamos à Salou" (Les Gauff’s au Suc’)

mouill’ mouill’ mouill’ yé (bis)
polom polom polom.. (bis)

Traînant toute la journée, à l'unif, sur l'avenue Héger,
L'été est arrivé, vive les jupes, les décolletés,
Après les délibés, il n'y a plus rien à mater,
Je veux quitter maman, et goûter la marée.

J'ai choisi l'île de Ré, comme destination,
Espérant voir des filles mais surtout leurs gros nichons!
Leur teint mat et bronzé, fait miroiter des occasions,
L'nudisme c'est décidé, s'ra ma nouvelle passion!

Tout nu, tout nu à la plage,
Les couilles à l'air, je bande, je me soulage!
Tout nu, tout nu à la plage,
Partout des filles à poil, il y en a de tout âge,
tout âge, tout âge, tout âge, tout âge!

Le premier jour à la plag’, je découvr’ ce mond’ merveilleux,
Tous ces nichons à l’air et toutes ces chattes rasées.
Parmi ces belles minettes, y a malheureus’ment trop de vieux,
Le cul tout flasqu’ et mou, la peau pendante et ridée.

Me dorant la pilul’, au bord d’l’eau d’l’île de Ré,
J’aperçois devant moi, un group’ d’ados déchaînées,
J’accoste la plus belle, j’l’engross’ dans un coin de la crique.
Toutes les autres y passeront car j’ai encore la trique!

Tout nu, tout nu à la plage,
Les couilles vidées, j’débande, je suis en nage!
Tout nu, tout nu à la plage,
Ma journée est gagnée, la soirée fut sauvage,
sauvage, sauvage, sauvage, sauvage!

Les jours défilent ainsi, comme les filles dans mon lit.
Puis vient le dernier soir, je veux marquer les mémoires.
J’invite toutes les filles dans ce fameux coin de la crique,
Une partouze générale, pour ma plus grande gloire!

Arrivant au lieu dit, une surprise m’attendait.
Le public convoité ne s’était pas ramené.
Dansant autour du feu, juste des vieux nus comm’ des vers,
La soirée s’annonçait, comme le pire des calvaires!

Tout nu, tout nu à la plage,
Les couilles à l’air, j’bande mou, papy soit sage!
Tout nu, tout nu à la plage,
Faut qu’ils s’arrêtent, sinon ce s’ra carnage,
carnage, carnage, carnage, carnage!

polom polom polom.. (bis)

Ma prostate va éclater, j’en peux plus d’me faire bourriner!
Fini le Viagra, je sens le liquide couler.
Leur dentition éparse m’écorche à sang la peau du gland.
De cette nuit de supplice j’sortirai pas vivant!

Tout nu, tout nu à la plage,
Les couilles à plat, c’est trop, c’est le naufrage.
Tout nu, tout nu à la plage,
L’nudisme c’est pas pour moi, c’est la fin du voyage,
voyage, voyage, voyage, voyage!

polom polom polom.. (bis)

Tout nu, tout nu à la plage,
Les couilles à plat, c’est trop, c’est le naufrage.
Tout nu, tout nu à la plage,
L’nudisme c’est pas pour moi, c’est la fin du voyage,
voyage, voyage, voyage, voyage, voyage.